l’Observatoire de l’Âgisme
Accueil du siteRéflexions
Pour une définition de l’âgisme.
Ebauche en cours d’élaboration.
par webmaster
Peu de définitions synthétiques satisfaisantes de l’âgisme, actuellement, en France.

La plus facilement accessible sur internet est celle de wikipedia qui, jusqu’à présent [cf. l’image de cette définition au 01.01.2008], n’était ni complète ni satisfaisante.

.

.

.

Nécessité donc de travailler sur une définition synthétique plus claire. Une première ébauche ci-dessous, à travailler, que l’Observatoire a proposé le 25 janvier 2008 sur wikipedia afin que son amélioration puisse être le fruit d’une réflexion collective :

" On qualifie d’âgisme toutes les formes de discrimination, de ségrégation, de mépris fondées sur l’âge.

Si le terme "agisme" faisait, lors de sa création (en 1969, aux Etats-Unis, par le gérontologue Robert Butler), surtout référence aux discriminations touchant les personnes âgées, il est employé aujourd’hui quel que soit l’âge des personnes qui en sont victimes. De nombreuses manifestations de l’âgisme touchent en effet les jeunes.

A l’image de certaines formes de racisme ("tous les étrangers sont...") ou de sexisme ("les femmes sont..."), l’âgisme repose le plus souvent sur des stéréotypes généralisants et caricaturaux : "les vieux sont tous conservateurs..." ; "les jeunes sont tous violents..." ; "les plus de 50 ans sont technophobes..." ; "les jeunes sont inconstants...", etc.

D’autres types de préjugés peuvent aisément conduire à des formes particulières d’âgisme. Entre autres le "jeunisme", qui estime que les jeunes personnes sont plus aimables et possèdent plus de qualité que les vieilles personnes, ou le "gérontocratisme", qui établit comme principe que les vieilles personnes sont plus qualifiées que les jeunes pour occuper le pouvoir.

Parmi les manifestations les plus inquiétantes de l’âgisme contemporain, les discriminations dans le domaine de l’emploi (trentenaires jugés "trop jeunes", quadragénaires jugés "trop vieux" !), de l’accès à la formation continue (plus difficile dès la quarantaine), de l’accès à certaines aides (une personne handicapée de plus de 60 ans disposera de moins d’aides qu’une personne handicapée de moins de 60 ans) ou à certains soins (par exemple, temps d’attente aux urgences beaucoup plus long pour les personnes très âgées ; certains services hospitaliers refusant des personnes malades à cause de leur âge). "

 
Post Scriptum :
Cette définition, changeante puisqu’en permanente discussion, est publiée sous licence GNU de documentation libre (cf. détails en anglais sur le site www.gnu.org).
Articles de cette rubrique
  1. Double stigmatisation en oncogériatrie
    (Cancer et âgisme)


  2. Conséquences de l’âgisme sur les attitudes de soin
    (Un article de Stéphane Adam)


  3. Sécurité routière : "Imposer une limite d’âge au volant ne diminuerait pas les accidents"


  4. L’âgisme envers les aînés : état de la situation
    (Un texte du Conseil des aînés du Québec)


  5. Lutte contre l’âgisme : le Québec se mobilise pour ses aîné-e-s
    (Compte-rendu de la journée de réflexion organisée le 19 mars 2009 à Montréal par l’Observatoire Vieillissement et Société)


  6. Pour une définition de l’âgisme.
    (Ebauche en cours d’élaboration.)